Nouveau départ

Tant de choses se sont passées ces derniers mois, le plus important étant un changement de vie radical après quasi tout une vie Parisienne. Et oui, nous avons troqué Paris, ville polluée, bruyante, sur-populée, mais en même temps magique, et qui retient encore fermement des amis formidables, pour Douarnenez, en Bretagne, ville de douze mille habitants (l’équivalent d’un quartier pour un Parisien), magnifique, sauvage, en bord de mer, au paysage sauvegardé, où nous ne connaissons absolument personne. Pas besoin de dire que tout le projet SK Lab a été mis en suspens. Sans compter que la seule pièce qui n’était pas prête quand on a emménagé, était mon atelier. Of course, tout est normal. Du coup tous mes cartons ont squatté l’atelier de mon cher et tendre, on ne pouvait plus circuler dans la pièce, jusqu’à peu, enfin.

Quelques détails sur notre magnifique maison (Ouaaaaais, une maison!! Depuis le temps que j’en rêvais). Je tiens à prévenir que ce blog risque, pendant un temps, d’être plus dédié au brico-jardin qu’au tricot et à la couture. Voilà c’est dit. Tout ce qui concerne le jardin est ma nouvelle passion, surtout les méthodes d’arrachage de souches. Bref. Donc, notre projet est une rénovation, je ne sais pas pourquoi, ça me paraissait comme une évidence qu’une rénovation serait plus simple qu’une construction neuve. FAUX! Même si les ouvriers ont fait du très bon boulot, il est évident que notre maison sera, futur, un jour géniale. Mais c’est pas pour tout de suite. Ce qui m’est revenu à l’esprit dès qu’on a ouvert la porte le jour de l’emménagement, c’est à quel point je déteste, mais alors déteste! La poussière. Et là, et ben c’est poussière land. Je pense même que la moitié du poids de ma veste, ben c’est de la poussière. Bye bye habits Cos, bonjour survêts en pilou pilou de chez Leclerc et bottes en caoutchouc, Aigle svp.

Mais la plus grosse mauvaise surprise? Les murs. L’ancien propriétaire était féru de murs colorés, si possible en kaléidoscope. Nous sommes donc les heureux propriétaires d’une maison spacieuse, très bien agencée, avec un potentiel de dingue, dont chaque mur doit être peint. Chaque. Mur. Il y en a 49 au total, et je ne compte pas les retours de cloisons. Vous entendez le bruit de la gâchette? Pour la plupart il faudra passer de l’enduit de rebouchage puis poncer. Beaucoup de poussière. Ensuite chaque mur doit être enduit avec de l’enduit de lissage puis poncé. Entièrement cette fois-ci. Beaucoup, beaucoup de poussière. A chaque fois que je pense au boulot que ça représente j’enfile mes bottes et je pars élaguer un arbre jusqu’au sol. D’où mon grand intérêt pour les souches. C’est simple, nous sommes passés d’une zone de friches, voire d’une jungle urbaine, à un désert de gazon (qui pousse en ce moment même), en l’espace de … très peu de temps. Merci maman. Je compte beaucoup sur le climat d’ci pour que mes plantes adorées qu’on a ramenées de notre balcon Montreuillois, prospèrent. Il y en a déjà quelques unes plantées en plein terre, dont mon yucca, qui visiblement supporte la vie en extérieur dans cette région. Affaire à suivre.

Suite au prochain épisode. Si vous souhaitez suivre notre aventure poussiéreuse rendez-vous sur mon compte Instagram. Désolée, pas de photos avec ce post, je sais c’est nul.

COMMENTAIRES